Page 1 sur 1

Equation difficile dans les nouvelles régions

Posté : lun. 17 avr. 2017 08:50
par Claude Palmer
Si les espoirs de financements maintenus des radios regroupées dans leurs nouvelles régions paraissaient développer des convergences vers un rapport de force favorable, la taille de régions moins pertinentes, plus lourdes en administration et moins préoccupées de local et d'associatif rendent les choses plus difficiles.
La loi NOTRe leur retire en effet une partie de cette compétence.

Extraits de l'analyse critique d'un groupe de chercheurs :
"L'acte III de la décentralisation - Une nouvelle donne pour les territoires " Territorial éditions
Acte trois extraits.docx
(17.38 Kio) Téléchargé 25 fois

Re: Equation difficile dans les nouvelles régions

Posté : lun. 26 juin 2017 07:24
par cnra
Apparemment, sous réserve de confirmations, de longues négociations ont permis de reconduite assez favorablement les aides régionales de deux regroupements Hauts-de-France et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.
Les fédérations (confédérations) reposaient sur des accords déléguant aux fédérations la gestion des fonds destinés aux radios. Votes de commissions permanentes des régions acquises ou début juillet.

Re: Equation difficile dans les nouvelles régions

Posté : jeu. 13 juil. 2017 09:06
par Claude Palmer
Ce 10 juillet, dans le cadre de leur convention triennale 2015-2017, les radios de Poitou-Charentes en Nouvelle Aquitaine (16 radios sur 83) )ont été informées d'une subvention de fonctionnement de 2000€ proposée par le président Alain Rousset, soit une baisse de 60% par rapport à 2016, en plus de leurs demandes d'équipement. Il ne semble pas, à ce jour que la région ait étendu des aides au fonctionnement, non conventionnées à l'Aquitaine ou au Limousin.

Il est clair que, si les radios le plus financées à hauteur de 200 000€, surtout en zone urbaine, ayant diversifiées leurs ressources, ne souffrent pas trop de cette baisse.

Par contre les moyennes et petites radios entre 30 000€ et 150 000€, cumulent en outre cette année, pour des centaines d'entre-elles, une baisse de subvention de fonctionnement de 2000€ et une réduction pour un tiers d'entre-elles de l'aide sélective du FSER. Ces baisses à répétition commencent à remettre en cause leurs emplois.

Si le monde politique et les autres médias s'accordent depuis des années sur ce constat, ils se contentent de le mentionner et de les plaindre sans agir en leur faveur.


Commentaire personnel :
Curieusement les aides à la presse de l'Etat ne semblent pas souffrir de ces réductions. Y aurait-il dans ce pays, prônant dans sa constitution "l'égalité de traitement", une discrimination négative ?
On peut se demander si une partie des médias, issus des radios libres de1981, se préoccupent encore de leur fonction de contre-pouvoirs, au-delà de leurs difficultés parfois présentées sur les réseaux :(

Re: Equation difficile dans les nouvelles régions

Posté : jeu. 13 juil. 2017 13:40
par Claude Palmer
Confortant ce qui précède, un rapport de Frédéric Tiberghien, président de Finansol et administrateur de la Chambre française de l’économie sociale et solidaire.

https://www.associationmodeemploi.fr/ar ... wanadoo.fr

Il précise les manques de solidité financière :
les structures de l’ESS, et tout particulièrement les associations, n’ont pas toujours la solidité financière dont rêveraient leurs éventuels financeurs. Le rapport relève les trois principales difficultés auxquelles elles sont confrontées. D’abord une tarification publique qui ne permet pas toujours de couvrir les coûts des actions concernées, ce qui empêche de dégager des marges de manœuvre pour investir. Seconde difficulté : des subventions décidées et versées tardivement occasionnant des problèmes de trésorerie. Enfin des fonds propres insuffisants et donc un accès très difficile au crédit.

Re: Equation difficile dans les nouvelles régions

Posté : mar. 18 juil. 2017 10:20
par Birdy
Aux dernières nouvelles, avec ou sans dossiers de demandes, la commission permanente de Nouvelle Aquitaine a voté le 10 juillet des subventions de fonctionnement proposées par le président Alain Rousset, et des subventions d'équipement demandées par des radios au titre de 2017, soit environ 25 radios sur 83, dont une subvention nouvelles pour une dizaine de radios n'en ayant pas obtenues par le passé ou conformes à la convention triennale Poitou-Charentes (réduction effective 60% de 5000€ à 2000€) par rapport aux subventions antérieures 2015-2016.
Sans commentaires, les radios apprécieront ces absences ou ces baisses cumulées cette année avec la baisse annoncée du barème du FSER pour 2000€, sans compter celles des autres collectivités, remettant en cause emplois et gestion financière des radios.